Françoise Cloarec

Psychanalyste, peintre, écrivain, Françoise Cloarec vit à Paris.

Elle est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, puis elle s’oriente vers la psychanalyse et obtient, en 1984, un doctorat de psychopathologie clinique de l’Université de Paris VII. Sa thèse porte sur Séraphine de Senlis, « Un cas de peinture spontanée : Séraphine de Senlis », à laquelle elle consacrera un livre en 2008. Depuis 1978, elle est psychologue clinicienne et psychanalyseà l’hôpital de Ville Evrard. Elle est également chargée de cours de psychologie depuis 1992 à l’Instituts de formation infirmiers des hôpitaux de Ville-Evrard, à Montfermeil et Maison-Blanche.

Françoise Cloarec a consacré plusieurs études à des femmes artistes telles que Séraphine de Senlis et Camille Claudel. Elle a également donné une série de conférences sur le rapport entre archéologie et psychanalyse dont “Archéologie d’une sensation” à Damas et Alep.

Françoise Cloarec s’intéresse également à la Syrie, où elle fait de fréquents voyages, et qui lui a inspiré trois livres : un essai, Bîmaristâns, lieux de folie et de sagesse ; un récit, Syrie, un voyage en soi ; et un roman, Le Caravansérail.

Ses peintures font cohabiter différents mondes, religions, cultures et civilisations. La Syrie y est souvent évoquée derrière les traits gris et rugueux des statues de Mari. Celles-ci voisinent alors avec d’autres personnages vivants ou inanimés, d’époques plus ou moins lointaines, plus ou moins certaines. Lorsqu’ils ne s’ignorent pas les regards de ces figures se croisent, s’étonnent de partager le même espace sur la toile. Ses travaux ont été exposés au Centre Culturel Syrien, à la Galerie des Beaux-Arts et à l’Orangerie du Jardin du Luxembourg à Paris, ainsi qu’à la Galerie Le Pont à Alep.

Françoise Cloarec a été fait Chevalier des Arts et Lettres en 2001.